Publié le 24 mai 2019 - Mis à jour le

Budget 2020 du Département : des moyens pour faire face

Le budget 2020 est (enfin !) approuvé. La crise sanitaire avait retardé ce moment charnière de la vie du Département, sans pour autant bloquer l’action départementale dans des domaines prioritaires : action sociale, soutien à la vie associative, soutien aux partenaires et collectivités territoriales. La crise COVID aura un impact économique et social, le Département s’y prépare activement.

2019, un bilan positif

Le calendrier budgétaire a quelque peu été bousculé en 2020 suite à la crise du COVID 19. La session consacrée au budget a donc débuté par l’adoption du compte administratif 2019. L’année écoulée s’est soldée sur un point positif : « Pour la première fois depuis 20 ans nous stabilisons la dette : nous avons atteint l’objectif fixé en début de mandature, c’est le résultat du travail sur l’efficience de nos politiques. »

Les recettes étaient à la hausse, permettant ainsi de stabiliser l’emprunt et d’augmenter l’investissement.

Reste un point noir : la perception des DMTO (droits de mutation à titre onéreux). En effet, ils sont perçus par chaque Département, avec de grosses disparités. « C’est une véritable injustice, dans certains Département ils sont 7 fois plus élevés ! »

Autre constat : l’action sociale représente plus de 71% des dépenses de fonctionnement. « C’est 10% de plus en moyenne que les autres Départements. » Et face à cela, les compensations de l’Etat sont à la baisse, faisant croître le reste à charge pour le Département. « 60 millions d’euros de plus en dix ans ! Il manque désormais 90 M€ entre la prise en charge par l’Etat et le coût réel des 3 allocations de solidarité que verse le Département aux plus fragiles (PCH, APA et RSA). »

Malgré ce contexte social difficile, le Département a augmenté son épargne nette en vue de financer de nouveaux investissements, pour les équipements départementaux mais aussi à destination de ses partenaires (pour 34 %).

« Ce compte administratif est la preuve que l’on peut concilier une gestion rigoureuse tout en maintenant une politique sociale et territoriale volontariste »

2020, un bouclier social

Malheureusement la crise COVID est passée par là, stoppant la trajectoire budgétaire vertueuse du Département. Toutes les prévisions ont été bousculées : les recettes sont en baisse (-25 % pour les DMTO, fruits des transactions immobilières dans l’Aisne) et les dépenses augmentent : achats de fournitures pour faire face à la crise, hausse des dépenses sociales (protection de l’enfance, RSA, insertion…).

Le Département se prépare à affronter les conséquences sociales d’une crise économique naissante dans la foulée de la crise sanitaire (qui n’est pas encore arrivée à terme). Loin d’être défaitistes, les élus départementaux allouent des moyens à l’accompagnement des Axonais, notamment les plus fragiles, frappés de plein fouet (enfants en danger, personnes en recherche d’emploi, jeunes sans emploi…), tout en augmentant le volume d’investissement de 5,1 M €.

Défendant un budget volontariste, Nicolas Fricoteaux en appelle donc à toutes les forces du Département pour faire face à ce nouveau défi. « Notre Conseil départemental a besoin d’unité pour agir avec vigueur et volontarisme. Dans les prochains mois, nous devrons mener ensemble, unis et solidaires, le combat contre la précarité, contre l’absence de perspectives professionnelles et l’isolement social. »

 

COVID : faire face à l’après-crise

Première réponse : la souscription d’un emprunt de solidarité « COVID » de 13,6 M€. « Nous devons mobiliser davantage de moyens pour accompagner la reprise de l’activité et tenir nos engagements. Une immense bataille est à venir : soutenir les plus faibles et accompagner les familles. » Ainsi des moyens seront directement alloués aux moyens d’insertion et la lutte contre la pauvreté : 35 actions au titre du plan Aisne Actifs Plus (renforcement de l’accompagnement éducatif, accès au logement des jeunes, élargissement du parc de logements conventionnés, renforcement des permanences sociales dans les territoires, actions d’insertion pour les bénéficiaires du RSA).

Autre exemple : le soutien du Département aux communes pour proposer des missions d’intérêt citoyen aux jeunes. « Le contrat est simple : le jeune réalise quelques heures de travaux citoyens dans sa commune en échange d’un coup de pouce financier lui permettant par exemple de financer en partie son permis de conduire. » CAP'Jeunes est une réponse concrète pour soutenir les jeunes frappés par la crise.

Le budget a été approuvé à l’unanimité. « Nous proposons un budget délibérément offensif, orienté vers la relance, et qui constitue notre réponse face à la menace de la fracture sociale. Ce budget, c’est la première pierre du bouclier social dont les Axonais ont, déjà, et auront de plus en plus besoin. Avec gravité, je souhaite solennellement appeler toutes les forces du Département à la mobilisation » a conclu le président du Conseil départemental.